Le secteur de l'assurance fait des efforts pour limiter l'impact socio-économique de la crise du coronavirus

Catégorie Général
Le secteur de l'assurance fait des efforts pour limiter l'impact socio-économique de la crise du coronavirus

Le secteur belge des assurances s'efforcera d'atténuer l'impact négatif de la crise du coronavirus sur les particuliers, les familles, les indépendants et les entreprises. Au cours des prochains mois, les compagnies d'assurance seront plus suples avec leurs clients en détresse et veilleront à ce qu'ils continuent d'être protégés. L'organisation sectorielle vient de parvenir à un accord sur la question facilité  par la Banque nationale avec le soutien de la FSMA et du gouvernement fédéral.

Tout comme le gouvernement et le secteur bancaire ont déjà pris de nombreuses initiatives ces dernières semaines pour atténuer l'impact économique de l'épidémie de corona, le secteur belge des assurances fait également des efforts.

L'attention se concentre principalement sur les groupes de la société qui ressentent le plus fortement l'impact économique du coronavirus, c'est-à-dire les nombreux travailleurs qui se sont retrouvés au chômage temporaire et les entreprises qui sont obligées de fermer ou de voir leur activité économique décliner fortement.

Le train de mesures communiqué par Assuralia, l'association professionnelle des compagnies d'assurance, s'inscrit dans le cadre des travaux du Groupe de gestion des risques économiques  mis en place par le gouvernement fédéral pour lutter contre l'impact économique du coronavirus.

Concrètement, il offre, entre autres, un répit à ceux qui ont des problèmes de paiement, un répit à ceux qui doivent rembourser des prêts hypothécaires, une assurance solde restant dû et une assurance incendie (cette dernière pour les chômeurs). Il est également important que les assureurs s'engagent à continuer à protéger le personnel en cas de chômage temporaire.

Un aperçu :

Pour les personnes physiques qui se sont retrouvées au chômage temporaire à cause de la crise du COVID-19 :
Un engagement du secteur des assurances à poursuivre sans autres formalités la couverture en matière de pension, de décès, d'invalidité et d'hospitalisation des assurances collectives (souscrites par l'employeur) des personnes qui se retrouvent en chômage temporaire. Le paiement des primes correspondantes par l'employeur est reporté au 30 septembre 2020.
La suspension, jusqu'au 30 septembre 2020, du paiement des intérêts et du remboursement du capital des prêts hypothécaires contractés auprès des compagnies d'assurance ainsi que du paiement des primes d'assurance solde restant dû liées aux prêts hypothécaires. Ceci dans la mesure où l'assuré peut prouver qu'il s'est retrouvé en difficulté financière à la suite de la crise du COVID-19. L'accord est dans la même voie que celui trouvé avec les banques. En outre, le paiement de la prime d'assurance incendie liée aux prêts hypothécaires arrivant à échéance entre le 30 mars et le 30 septembre peut également être reporté au 30 septembre. Ceci s'applique uniquement aux personnes qui ont été mises au chômage.
Pour toutes les autres assurances pour lesquelles ces assurés auraient des difficultés à payer leur prime, il est demandé à l'assuré de contacter directement son assureur ou son intermédiaire pour voir si une solution adéquate peut être trouvée.
 
Pour les entreprises touchées par la crise du COVID-19 :
Le secteur des assurances souligne que certaines couvertures d'assurance (accidents du travail, responsabilité civile, etc.) prévoient déjà un ajustement rétroactif de la prime en cas de réduction d'activité. Ce montant sera automatiquement facturé. En outre, pour toutes les primes dues entre le 30 mars et le 30 septembre 2020, les entreprises qui doivent cesser leurs activités à la demande du gouvernement pourront obtenir un report du paiement de leur prime en concertation avec leur assureur. Pour toute autre mesure concernant la suspension des contrats, il est conseillé aux entreprises de contacter directement leur assureur ou leur intermédiaire.
Pour les prêts accordés aux entreprises, les assureurs appliqueront également les mêmes conditions que celles déjà convenues pour le secteur bancaire. Il s'agit d'un report du remboursement des prêts (intérêts et remboursement du capital) jusqu'au 30 septembre 2020.
Partagez