Coronavirus: deux bonnes nouvelles liées au statut social

  1. Prolongation de l'allocation parentale Covid19 jusqu'au 30/09

L’allocation parentale Covid-19 s’adresse initialement aux travailleurs indépendants à titre principal qui ont poursuivi ou repris leurs activités en mai et juin, mais qui ont été amenés à réduire leur temps de travail pour s’occuper d’un ou plusieurs enfants de moins de 12 ans ou en situation de handicap. La mesure a été une première fois étendue pour juillet et août en raison de la difficulté de trouver des solutions de garde pour les enfants pendant les vacances d’été.

Le Conseil des Ministres a décidé de la prolonger jusqu'au 30 septembre en raison de la rentrée qui sera aussi un moment particulier.

Le conseil des ministres a aussi approuvé l’augmentation du montant de l’allocation pour le travailleur indépendant cohabitant exclusivement avec un ou plusieurs enfants dont il a la charge (famille monoparentale). À partir de juillet, à l’instar des travailleurs salariés, le montant atteindra donc 1050 euros pour le travailleur indépendant isolé, contre 875 euros auparavant. Le montant de base s’élève à 532,24 euros mais est augmenté à 638,69 euros lorsqu’il s’agit d’un enfant handicapé.

Pour rappel, la mesure vise la garde d’enfants de moins de 12 ans ou en situation de handicap, en raison de la crise sanitaire. Pour pouvoir prétendre à l’indemnité, le travailleur indépendant doit interrompre partiellement son activité pour prendre en charge la garde d’un ou plusieurs enfants. L’allocation parentale n’est pas cumulable avec le droit passerelle auquel les indépendants peuvent déjà prétendre.

  1. Le droit passerelle étendu aux seniors 


Les indépendants de plus de 65 ans qui travaillent encore pourront, eux aussi, bénéficier du droit passerelle

Les indépendants qui poursuivent leur activité au-delà de 65 ans sans encore prendre leur pension pourront ainsi bénéficier du droit passerelle au taux plein, ce revenu de remplacement pour les indépendants impactés par la crise sanitaire. La mesure entre en vigueur immédiatement avec effet rétroactif au 1er mars.

Jusqu'à présent, les indépendants à titre principal qui arrivaient à l'âge de 65 ans sans prendre leur pension ne pouvaient prétendre qu'à un droit passerelle partiel.

Les personnes concernées peuvent dès à présent prendre contact avec leur caisse d'assurances sociales.

Toutes les informations sur le droit-passerelle

Partagez